AGRICULTURE - CONVIVIALITÉ - ENVIRONNEMENT (A.C.E)
Bonjour et bienvenue sur ACE !!!!

Enregistrez-vous sur le forum et n'oubliez pas de renseigner votre profil.

Avant de poster pour la première fois, veuillez avoir la politesse de vous présenter aux membres ( rubrique "Présentation des Nouveaux Membres"). Merci pour eux.
Statistiques
Nous avons 3751 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est pagirupis

Nos membres ont posté un total de 2696655 messages dans 78152 sujets
la récolte ACE

Hommages au Pr Pellerin et à Henri Lehn Bannie10
Guilbart

matériel et équipement agriculture
dette de la France

compteur de la dette
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.


    Hommages au Pr Pellerin et à Henri Lehn

    Aller en bas

    default Hommages au Pr Pellerin et à Henri Lehn

    Message par Camille le Lun 2 Mar 2015 - 15:05

    Pourquoi Henri Lehn associé au Pr Pellerin pour cet hommage?
    Parce qu'il aura été sur la toile un de ses meilleurs défenseurs dans ses récits truffés d'anecdotes.

    Je vais commencer par rendre hommage à Henri Lehn, alias Krolik (il s'était même inscrit sur ACE!) avec cette video, extrait d'une émission sur France 5, 20 ans après Tchernobyl.
    Invité de cette émission c'est sa prestation où il tente d'expliquer à Joffrin (sic) et ses invités (re-sic) les effets de doses, les isotopes naturels, ceux de l'activité nucléaire et la RA nous environnant...
    Henri Lehn était entre autres un spécialiste de l'URSS, il y a laissé sur la toile des écrits assez "cocasses"...
    Le § sur Tcherno c'est ici!
    http://krolik.pagesperso-orange.fr/G.html




    Pour commencer le bulletin du Pr Pellerin le 2 Mai 1986 :

    OBJET : Radioactivité ambiante consécutive à l’accident nucléaire russe de Tchernobyl. Mise au point à diffuser auprès des médecins et du public.

    1) L’élévation relative de la radioactivité relevée sur le territoire français à la suite de cet accident est très largement inférieure aux limites recommandées par la CIPR et aux limites réglementaires françaises, elles-mêmes fixées avec des marges de sécurité considérables. Il faudrait imaginer des élévations dix mille ou cent mille fois plus importantes pour que commencent à se poser des problèmes significatifs d’hygiène publique. La distance, la dilution atmosphérique, et la décroissance radioactive excluent une telle évolution dans notre pays.

    2) De toutes façons, la plupart des radioéléments à l’origine de cette faible radioactivité ont des périodes relativement courtes. En particulier, l’iode 131 a une période d’une semaine. Il en résulte que dans six semaines, sa radioactivité sera réduite de plus de 50 fois, et dans dix semaines de plus de mille fois.

    3) La distribution d’iode stable destiné à bloquer le fonctionnement de la thyroïde n’est ni justifiée, ni opportune, même dans les pays proches de l’union soviétique et l’union soviétique elle-même, si l’on excepte les abords immédiats (environ 50 km) du réacteur accidenté. En tout état de cause, les « pastilles ou plaquettes » d’iodure de potassium ne sont pas nécessaires : une goutte de teinture d’iode, disponible dans toutes les pharmacies familiales, dans un verre de lait pendant quelques jours serait, si nécessaire, au moins aussi efficace. (ça c'est pour GL  : victoire )

    Conclusion : ni la situation actuelle, ni son évolution ultérieure ne justifient dans notre pays quelque contre-mesure sanitaire que ce soit.

    Professeur Pierre Pellerin,
    Directeur du SCPRI (Ministère de la Santé)

    Voici donc l'objet de la controverse : avoir calmé les esprits face à une catastrophe sans précédent! A partir de mesures incontestables mais malheureusement qui ne satisfaisaient pas une populace ignorante, il lui fallait du gore!
    Entre l'opinion qui veut "savoir" et les merdias qui adorent le sensationel, ceci n'était pas pour leur convenir.
    Une presse qui sait que trop bien amplifier les désastres pour faire du chiffre auprès d'une opinion qui en redemande, on les appelle "les marchands de peur". Or ce n'était pas la fonction de ce scientifique qui a litéralement rapporté les mesures effectuées.

    Un site qui retrace la fonction de ce scientifique ses travaux et l'épisode funeste de l'accident de Tchernobyl

    http://lesobservateurs.be/2013/12/18/jacques-mouriquand-le-journalisme-militant-lemporte-sur-lanalyse/

    "Le prof. Pierre Pellerin, spécialiste de radioprotection, était à l’époque de Tchernobyl le responsable pour la France, comme directeur du SCPRI (Service central de protection contre les rayonnements ionisants), de mesurer les retombées radioactives de l’accident et d’informer les autorités, et la population, sur les risques que cela pouvait représenter. C’est devenu l’affaire Pellerin lorsqu’il a été accusé d’avoir nié les retombées de Tchernobyl sur sol français.
    Motif invoqué par ses détracteurs? La raison d’Etat : il aurait menti pour ne pas ébranler la confiance des français dans le nucléaire. Il a été cloué au pilori par les associations antinucléaires et par beaucoup de médias. Or ces accusations ne pouvaient être plus injustes si on connaît les faits. M. Pellerin était une forte personnalité.

    Il avait réussi, déjà avant Tchernobyl, à imposer à la France (et à certaines instances réticentes) deux mesures de prévention essentielles:

    1)  Un réseau de détecteurs permanents de radioactivité sur l’ensemble de l’hexagone
    2) Des filtres à sable pour les centrales nucléaires françaises destinés à retenir les produits radioactifs en cas d’accident [Explication sur les filtres à sable.
    Un refroidissement insuffisant du combustible peut conduire à une contamination de la vapeur et à une surpression qui peut endommager les circuits et permettre une contamination à l’extérieur de la centrale. Le fait de faire décharger les vannes de surpression à travers des filtres (gros bacs à sables) permet de retenir une bonne partie des substances radioactives. Ces filtres, installés aussi en Suisse, avaient été refusés par l’exploitant de Fukushima : ils auraient permis de réduire la contamination radioactive de 95%. Signalons au passage qu’il manquait aussi à Fukushima des confinements extérieurs mixtes acier/béton étanches, des catalyseurs pour prévenir les explosions d’hydrogène et des diesels de secours blindés contre les inondations.]

    M. Pellerin avait même fait équiper les avions d’Air France de capteur de radioactivité. Grâce à lui, la France était en mesure, dès le 1er jour, d’anticiper la radioactivité de l’atmosphère hors des frontières avant qu’elle ne pénètre en France. M. Pellerin a informé de manière honnête de ses mesures.

    Il est apparu sur les plateaux de télévision. Il n’a jamais nié les retombées en France, ni faussé les valeurs mesurées.
    Il a donné aussi les doses à la population et aux produits agricoles dès qu’elles ont été connues en affirmant, ce qui était vrai et a été abondamment vérifié par la suite, que ces doses n’étaient pas dangereuses et ne nécessitaient pas de mesures de protection particulière. Mais voilà : ce message-là était inacceptable pour la mouvance antinucléaire qui ne le lui a pas pardonné. Il fallait abattre le prof. Pierre Pellerin. Avec l’appui d’une grande partie des médias, une rumeur construite avec méthode a attribué au prof. Pellerin des déclarations selon lesquelles « le nuage se serait arrêté aux frontières de la France ». Paroles qu’il n’a jamais prononcées.

    Le seul élément vrai est que les bulletins météo, les premiers jours, ont eux, et eux seuls, annoncé que les vents n’avaient pas encore permis à la radioactivité d’atteindre la France.
    Heureusement, divers jugement de tribunaux ont rétabli la vérité et ont blanchi M. Pellerin des fausses accusations portées contre lui. Ses détracteurs ont même été condamnés pour diffamation.
    "

    Henri Lehn connaissait bien le Pr Pellerin et certainement celui qui en parlait le mieux!

    Sujet:RE: [nucleaire] Tchernobyl : le professeur Pellerin innocenté
    Date : Tue, 20 Nov 2012 19:05:09 +0100
    De : Henri Lehn
    Petit rappel sur Pellerin pour les « jeunes »..
    Un commentaire sur Pierre Pellerin qui n’a eu de cesse dans sa vie que la protection des
    populations. En commençant en 1944 par être démineur des explosifs à la disposition de Von
    Choltitz,(stockés dans le tunnel de St Cloud en construction) explosifs bien réels qui devaient
    mettre Paris en ruine. Mais ça ce n’était pas nucléaire, une affaire de jeunesse.
    Pellerin est le type qui a découvert l’affinité de la thyroïde pour l’iode. C’était le gars qui
    étudiait la radioprotection, établissait les normes françaises aussi bien qu’internationale et les
    faisait respecter. On peut effectivement lui reprocher de tout faire dans le domaine, la Loi, la
    Justice et la Police. Mais cela n’intéressait personne à l’époque.
    Entre autres choses, il avait fait équiper un wagon de la SNCF avec quarante places pour
    contrôler la radioactivité inhalée suite à une possible contamination atmosphérique de masse.
    Le wagon était apte à être transporté par un avion cargo Galaxy aux USA en cas de problème
    sur leur territoire (accord avec le DOE).
    Mais il avait le pouvoir d’interdire l’exploitation d’une centrale, d’un labo, d’un matériel… et
    il ne se gênait pas pour faire claquer son fouet que ce soit au CEA à EDF ou ailleurs.
    C’est lui qui a interdit l’exploitation de 20 000 appareils de radioscopie très utilisés en
    médecine scolaire et en médecine du travail. Les opérateurs se prenaient des doses à longueur
    de journée.. Et zoom 20 000 appareils de radiographie à la benne !
    Pour la construction des centrales, Rémy Carle à EDF, responsable du programme de
    construction dit volontiers que lorsqu’il devait prendre Pellerin au téléphone il savait qu’il
    allait souffrir.. Et de fait c’est Pellerin qui a obligé EDF à équiper chaque réacteur d’un grand
    filtre à sable destiné à retenir les contaminations suite à une remise à l’atmosphère de
    l’enceinte de confinement, (les fameux « ventings » à Fukushima). Si les Japonais avaient eu
    un Pellerin chez eux ils auraient évité 95% des rejets sur l’extérieur, petit détail
    Mais il faisait claquer son fouet et s’était attiré des inimitiés un peu partout, il ne négociait
    pas, il décidait…

    Ayant eu à connaître le Professeur Pierre Pellerin et son action dans la radioprotection alors qu’il était le patron du SCPRI, (Service Central de Protection contre les Radiations Ionisantes, service dépendant du Ministère de la Santé à l’époque), je voudrais rappeler quelques vérités de bases à son égard.

    En fait dans les années 1970-80 j’étais jeune ingénieur dans une société qui était fournisseur de matériels au SCPRI, et le Professeur Pierre Pellerin était « mon client ».

    C’était un « client » du modèle pointilleux et « chiant » pour parler directement.

    Nous lui fournissions des cellules blindées au plomb pour pouvoir faire des examens de retombées/pollutions nucléaires sur des prélèvements. Ces mêmes cellules qui ont servi à mesurer l’activité de milliers d’échantillons lors de Tchernobyl.

    Pour que les mesures ne soient pas entachées d’erreurs, il était nécessaire que le plomb utilisé pour ces cellules ne soit pas contaminé par quelques retombées nucléaires que ce soit ; donc du plomb élaboré avant la révolution industrielle. Il faut savoir que dans le charbon il y a du Radon : gaz radioactif. Une centrale thermique au charbon est un émetteur de pollution radioactive incomparablement supérieur  à une centrale nucléaire…

    Il a donc fallu utiliser du « vieux plomb » c'est-à-dire du plomb élaboré avant 1800.
    Pour cela nous sommes allés récupérer les doublures en plomb des « Grandes Eaux » de Versailles. Nous avons payé des plongeurs pour aller récupérer des lests de galères coulées !
    Idem pour les aciers ; les aciéristes mettent des traces de cobalt pour diagnostiquer la qualité des coulées. Il a donc été récupéré des poutrelles métalliques du XIXème siècle, sans trace de cobalt, suite à une rénovation de la Gare de Lyon.

    Moyennant quoi les mesures ont été irréprochables !

    Mais le Professeur Pierre Pellerin s’était illustré auparavant en mettant en évidence le premier au monde, et dès 1955 le fait que la thyroïde capte l’iode en quelques secondes après son absorption. Fait qui a permis de mettre aux point tous les examens thyroïdiens, et également de mettre au point la saturation de la thyroïde en cas d’accident nucléaire tel que Tchernobyl.

    Il se préoccupait de son métier sous tous ses aspects, et il s’est penché sur le problème de la protection des opérateurs en radiologie qui prenaient de bonnes doses de rayonnement. Il a proposé des changements de procédures qui sont devenus des normes internationales.

    [De même l’utilisation des produits radioactifs pour effectuer des scintigraphies se retrouvaient dans les égouts et l’on était capable de repérer avec une gammacaméra tous les points de pollution nucléaire dans une ville : Les hôpitaux en premier lieu. Il a mis de l’ordre dans la profession.] (La CRIIRAD sur ce sujet comme des appareils mit "à la benne" a brillé par son indifférence... Note personnelle)

    On pourrait continuer comme cela longtemps sur l’action de Pierre Pellerin dans le domaine de la radioprotection.

    Le grand tort de Pierre Pellerin a été d’être « la » personne compétente à l’époque en France, en Europe et certainement dans le monde sur le sujet de la radioprotection.

    C’est lui qui a défini les normes adoptées internationalement, il a mis en place les équipements, les procédures, il a fait les contrôles. Il faisait « tout » ; la loi, l’enquêteur, l’expert, le juge, l’applicateur. Parce qu’à cette époque, ce sujet n’intéressait personne.

    Mais il n’avait pas été formé à la sacro-sainte « communication » avec les médias.  Exclamation
    Maintenant l’organisation et la structure ont changé. Pierre Pellerin a bien du être remplacé par 200 personnes dans différentes administrations.
    Est-ce que l’on ne pourrait pas rendre hommage à Pierre Pellerin?  cheers

    Henri Lehn,
    8 Juillet 2004

    Article sur Pierre Pellerin, Le Petit Journal du 14 mars 2013
    Le Pr. Pierre Pellerin est décédé
    Pierre Pellerin est décédé lundi matin à l’Hôpital européen Georges Pompidou à Paris, dans sa
    90ème année. Il a succombé des suites d’une infection pulmonaire. Cette annonce ne fait pas la
    une des médias, et, pourtant, en 1986 son nom s’étalait en première page de tous les journaux.
    Il y a 27 ans…
    Souvenez-vous, en mai 1986, c’était la catastrophe de Tchernobyl.
    Pendant les ponts du 1er et 8 mai, peu après la catastrophe de Tchernobyl, le Pr. Pellerin, alors
    patron du Service de protection contre la radioactivité en France (SCPRI), se retrouve être le
    seul expert français à s’adresser aux médias. Si le réacteur n° 4 de la centrale a explosé le 26
    avril 1986, la catastrophe fut d’abord cachée au reste du monde par les autorités soviétiques.
    Les premières mesures anormales de la radioactivité furent découvertes que le 28 avril par les
    ouvriers d’une centrale nucléaire en Suède.
    « Le SCPRI a été premier à donner la composition du nuage radioactif qui a survolé l’Europe,
    et cela dix jours avant que les gens qui avaient l’intention de détruire le nucléaire français
    affirment le contraire », expliquait Pierre Pellerin dans un entretien au Figaro.
    Les premières mesures françaises de radioactivité, communiquées par lui aux télévisions
    nationales, ont été réalisées grâce à des prélèvements de poussières sur des avions d’Air
    France par le SCPRI, selon une méthode de Pierre Pellerin.
    Pierre Pellerin s’est rendu 12 fois sur le site du réacteur de Tchernobyl, dans les mois suivant
    la catastrophe, pour surveiller l’évolution de la situation.
    Il n’avait pas menti aux Français
    Mis en examen pour « tromperie aggravée » en 2006 et il était entendu comme témoin
    assisté « sur les faits de blessures et homicides involontaires » à la suite de plaintes déposées
    par l’Association française des malades de la thyroïde et de l’association antinucléaire
    Criirad. En novembre dernier, la Cour de cassation avait confirmé l’arrêt de la cour d’appel de
    Paris qui mettait hors de cause le Pr. Pellerin. En résumé, la justice a estimé que le
    scientifique n’avait pas menti aux Français quand il avait déclaré qu’il n’y avait pas de
    risques sur la santé publique en France des suites de Tchernobyl. L’arrêt de cour concluait
    qu’il est « en l’état des connaissances scientifiques actuelles, impossible d’établir un lien de
    causalité certain entre les pathologies constatées et les retombées du panache radioactif de
    Tchernobyl ». La phrase selon laquelle « le nuage s’était arrêté à la frontière n’avait en
    réalité jamais prononcée par lui », même si dans l’opinion publique il en était, à tort, resté
    comme l’auteur.
    C.C.

    Après ça j'espère que la plupart auront une autre lecture de la video postée par GL comme une proie en pâture que je remet pudiquement ici.
    https://www.dailymotion.com/video/xxxxvu_pierre-pellerin-en-1986_news
    Camille
    Camille
    + membre techno +

    Messages : 7252
    Date d'inscription : 24/12/2010
    Age : 58
    Localisation Au pays du fromage mou qui pue

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Hommages au Pr Pellerin et à Henri Lehn

    Message par Sparthakus le Lun 2 Mar 2015 - 15:29

    ça dépend, avait il un rav 4?
    * désolé pour ce "parallèle" avec un autre sujet... (et le HS) Camille.

    La véracité est toujours plus utile mais plus difficile à obtenir que la déformation de l'information ou les ressentis qui se multiplient anarchiquement facilement comme la mauvaise graine.
    Le problème est qu'on l'obtient souvent lorsqu'il est trop tard! mais il vaut mieux le dire quand même en effet.

    Sparthakus
    + membre techno +

    Messages : 10168
    Date d'inscription : 11/09/2009
    Age : 58
    Localisation le pays des fossoyeurs de l'agriculture

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum