AGRICULTURE - CONVIVIALITÉ - ENVIRONNEMENT (A.C.E)
Bonjour et bienvenue sur ACE !!!!

Enregistrez-vous sur le forum et n'oubliez pas de renseigner votre profil.

Avant de poster pour la première fois, veuillez avoir la politesse de vous présenter aux membres ( rubrique "Présentation des Nouveaux Membres"). Merci pour eux.
Statistiques
Nous avons 3731 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est ALQUIER DUPIN

Nos membres ont posté un total de 2694205 messages dans 78094 sujets
la récolte ACE

revue de presse Bannie10
Guilbart

matériel et équipement agriculture
dette de la France

compteur de la dette
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.


    revue de presse

    Aller en bas

    default revue de presse

    Message par pascal a le Sam 18 Fév 2012, 20:49

    j'ouvre se nouveau poste ou chacun et chacune pourra y mettre les articles de presses paru de leur département ou pays( pour nos amies belges)

    pascal a
    + membre techno +

    Messages : 1516
    Date d'inscription : 12/10/2010
    Age : 50
    Localisation simplé 53

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par pascal a le Sam 18 Fév 2012, 22:00


    Congrès du porc à Bonn
    La production mondiale va poursuivre sa croissance
    30 janvier 2012 D.Poilvet Vu 1442 fois

    production mondiale
    porc

    Partager



    Le Congrès mondial du porc qui s’est tenu en octobre à Bonn, en Allemagne, a mis en lumière la demande croissante de viande de porc pour les années à venir, et les challenges à relever pour la satisfaire.

    À l’horizon 2020, la production porcine mondiale va poursuivre sa croissance, toujours dominée par la Chine qui produira encore près d’un porc sur deux. Cette prévision, certes pas très nouvelle, a été affirmée par plusieurs intervenants au 6e Congrès mondial du porc qui s’est tenu à Bonn, Allemagne, en octobre dernier. Selon les statistiques de l’OCDE, la production mondiale de porc va s’accroître de 25 % entre 2008 et 2020, à comparer à +13% pour le bœuf et + 31 % pour la volaille. Cette augmentation de la production est évidemment liée à une demande croissante annoncée sur quasiment tous les continents. D’ici 2020, la consommation de viande devrait augmenter de 40 millions de tonnes, dont 33 % pour la Chine, et 60 % sous forme de volaille. Christophe Günter, BASF, prévoit pour sa part que la demande en viande de porc passera de 107 millions de tonnes en 2005 à 148 millions en 2025 et que le porc représentera 37 % de la viande consommée dans le monde. Richard Brown, expert au Gira, calcule que, en relation avec cette demande croissante, la production chinoise va passer de 50 à près de 60 millions de tonnes. Il prévoit que l’accroissement de cette production sera plus liée aux progrès techniques qu’à l’augmentation du cheptel.

    Le vice-président de l’association chinoise des viandes, M. Zhu, a confirmé que le secteur porcin est particulièrement encouragé en Chine, pays où le porc est particulièrement prisé, et où le consommateur est en train de changer ses habitudes alimentaires.

    DES OPPORTUNITÉS À SAISIR

    Les experts réunis à Bonn ont analysé les opportunités mais aussi les challenges à relever dans ce contexte. Même si les USA bénéficieront toujours d’une meilleure compétitivité, l’Europe, en principe, devrait rester le 1er exportateur de viande de porc au monde, même si, finalement, les volumes échangés restent relativement faibles et stables. Mais l’Europe devra faire face à différentes problématiques ; Richard Brown met en garde les Européens sur « l’après PAC 2013 » et pointe les obstacles : une faible rentabilité des filières porcines depuis plusieurs années en relation avec des coûts alimentaires élevés, l’incertitude sur la capacité à produire après la mise aux normes des truies en 2013... et une production porcine en baisse de près de 4 % en 2012 annoncée par la Rabo- bank (contre une progression de + 3 % enChine et + 2% au Brésil).

    Mais il cite aussi des éléments positifs, au moins pour le court terme. Selon lui, le prix du porc devrait se maintenir en Europe, en relation avec une baisse annoncée de production, et les performances techniques devraient toujours être en progrès.

    Pour les dix années à venir, il faudra encore tenir compte de la concurrence qu’exercent les biocarburants sur les matières premières pour l’alimentation animale. C’est ce qu’annonce Jeroen Leffe- laar, de la Rabobank (Pays-Bas). Pour lui, la production de biocarburants qui ne tient aujourd’hui économiquement que par le soutien des gouvernements (à l’exception de ceux produits avec la canne à sucre) devrait être rentable sous dix ans. Avec des conséquences sur les disponibilités en soja pour l’alimentation animale, mais, en contrepartie, d’importants volumes de drèches (DDGS) et leur incorporation croissante dans l’alimentation animale. Il annonce que, d’une manière générale, il faudra composer avec le facteur « F », à savoir la compétition des matières premières pour le Feed, le Food et le Fuel... Une compétition qui sera d’autant plus vive que les surfaces agricoles par habitant ne cesseront de diminuer : urbanisation, changements climatiques, et une augmentation de la population mondiale estimée à 9 milliards en 2050... Autant de facteurs qui vont réduire la surface agricole disponible par habitant de la planète de 1,5 à environ 0,6 ha/habitant, selon la FAO.

    NE PAS OCCULTER LES PROBLÈMES ACTUELS

    Ces différentes interventions de prospective se sont achevées sur une session consacrée aux attentes des consommateurs et à la qualité. Entre les systèmes quasiment aboutis, tels que le QS (Qualité et sécurité) en Allemagne qui fête ses dix ans, et les progrès que doivent accomplir les Chinois pour atteindre un niveau acceptable (et demandé par leurs consommateurs), le fossé est énorme. Et Guillaume Roué, qui animait cette session, a saisi cette opportunité pour revendiquer dès aujourd’hui le respect des producteurs. « Oui au durable, oui à la qualité, oui au respect du bien-être des animaux, oui à la traçabilité, mais surtout oui au respect de tous ceux qui travaillent dur dans nos métiers et qui méritent d’être justement payé », a-t-il réclamé, justifiant sa position en énumérant les problèmes actuels : accumulation des exigences administratives, éléments perturbateurs des équilibres économiques des activités agricoles, harmonisation des réglementations sociales et fiscales dans le monde... Autant de sujets qui n’attendrons pas 2020 pour être traités.


    pascal a
    + membre techno +

    Messages : 1516
    Date d'inscription : 12/10/2010
    Age : 50
    Localisation simplé 53

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par pascal a le Ven 04 Mai 2012, 17:32


    N/Réf : 12-05-02

    Vendredi 4 mai 2012

    COMMUNIQUE
    Bien-être des truies, malaise des producteurs de porcs

    Les éleveurs de porcs de l'ONEP (syndicat porcs de la Coordination Rurale) se sont réunis le 2 Mai 2012 à Saint-Grégoire (35) pour faire le point sur leur situation économique toujours difficile. Dans ces conditions, les coûts engendrés par la nouvelle réglementation en matière de bien-être des truies paraissent insurmontables.

    Des prix toujours plus bas
    Les prix payés aux producteurs chutent inexorablement. Dans les années 80/90, la moyenne était de 1,46 €/kg, depuis les années 2000, la moyenne s'est stabilisée à 1,18 € et le prix actuel est de 1,30 €.
    Les coûts de production quant à eux sont de 1,70 €, tirés par des coûts alimentaires au plus haut.
    Une conclusion s'impose : c'est bien le prix de la viande à la production qui est trop bas !
    Les éleveurs ne sont plus rémunérés de leur travail, certains abandonnent et les jeunes ne s'installent plus. Ces dix dernières années 1/3 des élevages a disparu. La filière porcine française, en souffrance, est passé du 1er au 4ème rang européen.

    Des coûts de mise aux normes trop lourds
    Dans ces conditions, de nombreux producteurs sont dans l’incapacité d'investir dans les mises aux normes « bien-être des truies » et ne seront pas prêts pour la date butoir fixée au 1er janvier 2013.
    Certains producteurs endettés jusqu'au cou vont devoir fermer les portes. Le Ministère de l'agriculture annonce à ce jour que 10 % ne savent pas s'ils feront les travaux et 12 % arrêteront le naissage.
    Alors que peu d'informations circulent sur les risques encourus pour le non respect de ces mises aux normes, les éleveurs doivent s'attendre à de lourdes sanctions. : amendes de 135 euros par animal, astreintes journalières et suspension d'activité. D'autres sanctions sont à l'étude à la Commission européenne.

    Afin de soutenir les producteurs français et éviter ainsi un déficit en porcelets, l'ONEP demande le report de la date butoir tant que les prix payés aux producteurs ne seront pas rémunérateurs. Il est intolérable d'enfoncer encore plus des éleveurs qui subissent une crise injuste.



    Contacts presse
    Catherine Laillé, Présidente de l'ONEP – 06 73 04 14 04
    Jocelyn Joncourt, animateur ONEP – 06 71 36 68 38
    Bérengère Bosi, chargée de communication – 06 70 80 99 51


    A propos de la Coordination Rurale
    La Coordination Rurale est le seul syndicat agricole représentatif indépendant de toute organisation économique et politique qui défend tous les agriculteurs. Ses responsables sont des bénévoles vivant de leur ferme. Présente dans 94 départements et à la tête de 2 Chambres d’agriculture, la CR se bat pour une PAC équilibrée, contrat entre agriculteurs et citoyens, les premiers garantissant la sécurité alimentaire des seconds en échange de prix rémunérateurs.



    Coordination Rurale Union Nationale
    BP 50590 – 1 Impasse Marc Chagall – 32022 AUCH cedex 9
    Tél. : 05 62 60 14 96 – Fax : 05 62 60 14 31 – E-mail : crun@coordinationrurale.fr
    Site : www.coordinationrurale.fr

    pascal a
    + membre techno +

    Messages : 1516
    Date d'inscription : 12/10/2010
    Age : 50
    Localisation simplé 53

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par Invité le Lun 21 Mai 2012, 17:44

    une marrante:

    KIEV (Reuters) - Un cochon doué de dons parapsychiques assurera la relève de Paul le poulpe pour l'Euro 2012, qui se déroulera du 10 juin au 1er juillet en Ukraine et en Pologne.

    "Un cochon devin unique en son genre, véritable porc ukrainien et médium authentique au fait des mystères du football" prédira le résultat des rencontres chaque jour à 16h00, annonce la mairie de Kiev.

    Paul le poulpe s'est offert une gloire planétaire en annonçant sans la moindre défaillance le résultat des sept rencontres de l'Allemagne à la Coupe du monde 2010, du fond de son aquarium d'Oberhausen. Décédé depuis, il a laissé dans son sillage tout un bestiaire divinatoire.

    Magdalena la tortue a ainsi entamé sa carrière lors des championnats du monde de hockey sur glace en Slovaquie. Heidi, l'oppossum allemand à la double vue malgré son strabisme, devait prédire le palmarès des Oscars, mais il a été rappelé dans l'au-delà en septembre.

    Le cochon de Kiev aura sans doute à coeur de satisfaire les attentes de ses propriétaires ukrainiens... grands amateurs de charcuterie.

    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par PV 53 le Lun 21 Mai 2012, 17:57

    moins drole
    :réfléchi
    Le n°1 allemand de l’abattage de porcs exporte son savoir-faire en Russie. Clemens Tönnies mise à fond sur sa stratégie d'exportation, déjà 34% de son CA


    A Belgorod, dans la zone des terres noires, un projet géant d’investissement prend forme. La 14ème installation de production de porcs, sur les 30 prévues, est en voie d’achèvement. Avec 30 installations, le groupe produira lui-même sur place entre 1,3 et 1,5 mio de porcs. Clemens Tönnies pense que la base agricole de production sur 120 000 ha sera définitivement établie dans deux ans.

    L’abattoir est actuellement en construction. Le projet total aura coûté environ 800 à 900 mio €, soit le double de ce qui était prévu au départ. Ses partenaire russes sont la banque Sberbank et l’entreprise russe Agroimport.

    Tönnies veut engager dans ce programme des éleveurs d’Europe de l’Ouest. Le patron du groupe considère que son entreprise d’abattage à Rheda est le plus moderne du monde et il veut exporter ses processus industriels en Russie. Clemens Tönnies avait promis à Poutine son soutien pour améliorer le degré d’autosuffisance russe qui est un indicateur du développement du niveau de vie. La distribution moderne en Russie se base encore sur l’importation de viandes porcines, mais le potentiel de développement sur place est énorme. La consommation moyenne est de 18 kg/tête, et reste toujours inférieure du 1/3 à la consommation de 1996, date de ce qu’on appelle la « crise russe ».


    Tönnies avance également sur le marché chinois. 150 containers prennent chaque semaine le bateau pour la Chine. Le groupe allemand ne veut pas encore investir en production en Chine, mais il prépare quatre centres de distribution pour lesquels il a obtenu l’accord des pouvoirs chinois.

    Tönnies réorganise toutes ses activités d’exportation qui représentent dans son groupe, 53 % en volume et 34 % en valeur. La logistique du froid pour l’exportation des sites de Rheda et Weissenfels passe à 132 000 cartons ou 2 500 tonnes/jour pour la direction de Bremerhaven. La réorganisation sera achevée en août prochain. En 48 heures le porc est abattu, et la viande congelée est arrivée au port de mer. Il table de plus en plus sur le rail et sur les bateaux fluviaux. Quatre trains de 50 containers partent chaque semaine de Weissenfels pour Bremerhaven. A partir de son site danois de Brörup, Tönnies livre maintenant de la viande fraîche pour la transformation en l’Australie. Elle est en route par bateaux pendant 28 jours en économisant la congélation et les coûts plus élevé du transport de viande surgelée.

    PV 53
    PV 53
    + membre techno +

    Messages : 2415
    Date d'inscription : 17/09/2009
    Age : 52
    Localisation SO 53

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par MAY le Lun 21 Mai 2012, 18:15

    au bout de 28 jours , elle est encore fraiche la viande????? :réfléchi
    MAY
    MAY
    + membre techno +

    Messages : 719
    Date d'inscription : 29/08/2010
    Age : 61
    Localisation aube

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par PV 53 le Lun 21 Mai 2012, 18:37

    MAY a écrit:au bout de 28 jours , elle est encore fraiche la viande????? :réfléchi

    j en sais rien mais l article est effrayant je trouve?
    PV 53
    PV 53
    + membre techno +

    Messages : 2415
    Date d'inscription : 17/09/2009
    Age : 52
    Localisation SO 53

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par Invité le Mar 05 Mar 2013, 22:54

    Source:
    http://www.ifip.asso.fr/PagesStatics/lettres-info-ifip/amont-mars-2013/03-amont0313.htm

    Résultats d’études et travaux en cours
    Des progrès sur l'exposition aux antibiotiques en France : les porcs mieux placés que les lapins, veaux de boucherie et volailles

    Depuis 1999, l'Agence Nationale du Médicament (ANMV) a mis en place en France un suivi des ventes des médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques. Dans son dernier rapport (octobre 2012), il apparaît que l'exposition des animaux aux antibiotiques, c'est-à-dire le pourcentage d'animaux traités par rapport à la population animale totale, a diminué de 3,7 % entre 2010 et 2011.

    Cette évolution globale doit être nuancée selon l'espèce : la baisse la plus forte est observée pour les porcs (- 8,6 %), puis viennent les lapins (- 6,9 %), la volaille (- 4 %) et enfin les bovins. Sur les cinq dernières années, l'exposition des porcs a diminué de 29 %. Au final, l'ANMV estime ainsi que les espèces les plus exposées aux antibiotiques sont aujourd'hui, par ordre décroissant : les lapins (3,8), les veaux (3,4), les volailles (1,3), les porcs (1,0), les ovins & caprins et chiens & chats (0,7), les chevaux (0,6), les poissons (0,5), les bovins (0,3). Autre résultat très important : l'exposition des porcs aux Céphalosporines de troisième et quatrième générations a baissé de 52 % entre 2010 et 2011. À l'inverse, ce résultat est en hausse pour les bovins (+ 8,5 %) et les carnivores domestiques (+ 34 %). Or, ces antibiotiques, considérés « d'importance critique » en médecine humaine, sont à préserver au maximum.

    L'ensemble de ces résultats confirme l'impact positif des différentes actions menées par la filière porcine en matière d'usage raisonné des antibiotiques et doit inciter à poursuivre les efforts, en mesurant régulièrement et de manière précise les niveaux et conditions d'emploi des antibiotiques (c'est l'objet d'un panel national développé par l'Ifip et l'Anses sous l'égide de l'interprofession Inaporc) et, avec l'appui des praticiens vétérinaires, en sensibilisant les éleveurs aux bonnes pratiques d'administration (respect des prescriptions des médicaments, maîtrise des posologies, etc.).*
    Contacts : Anne Hémonic

    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par MAY le Dim 10 Mar 2013, 11:13


    si le taux d'exposition aux antibiotiques est de 3.8 %pour le lapin (qui est le + élevé)
    ça fait peu d'individus , surtout quand régulièrement on entend que les élevages nourrissent leurs animaux aux anti bio (c'est vrai que c'est moins chère que le blé!!!!!!)

    combien chez les humains?

    petite remarque, les chiens et chats sont à 0.7 quand le porc est à 1

    est ce que le particulier serait accro aux anti bio aussi?

    ramener au poids vif les animaux de compagnies consomment + d'anti bio que les animaux de rente
    dixit notre véto (mais je n'ai pas de source "officiel")

    MAY
    MAY
    + membre techno +

    Messages : 719
    Date d'inscription : 29/08/2010
    Age : 61
    Localisation aube

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par Invité le Lun 28 Juil 2014, 13:09

    Le charcutier Jean Caby rejoint William Saurin et Paul Prédault

    23/07/2014

    L’autorité de la concurrence vient d’autoriser le rachat. Deux des trois usines sont concernées et de 120 à 140 licenciement sont à prévoir.

    Le charcutier Jean Caby va changer de propriétaire. Jusqu’à présent l’entreprise, contrôlée à 51 % par l’homme d’affaires Eric Steiner, est sur le point d’être rachetée par la Financière Turenne Lafayette connue par ses principales marques Madrange, William Saurin et Paul Prédault.
    Les actions restantes sont détenues par le groupe mexicain Campofrio Food Group, propriétaire d’Aoste.

    Les partenaires sociaux de Jean Caby se sont prononcés en faveur de la cession qui se traduira par un plan de licenciement qui portera sur 120 à 140 salariés répartis entre les deux sites.
    Le troisième site de l’industriel situé à Saint-André-lez-Lille, dans le nord n’est pas concerné par la vente.

    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par Invité le Mer 30 Déc 2015, 15:36

    http://porc.reussir.fr/actualites/rabobank-prevoit-un-declin-de-la-production-francaise:CID9FCH7.html a écrit:
    Rabobank prévoit un déclin de la production française
    Dans son dernier rapport sur l’industrie porcine dans l’UE, l’institution néerlandaise prévoit que la production porcine française va décliner à l’horizon 2025, « en raison d’un manque de compétitivité des élevages et des outils industriels, en relation avec leur petite taille ». Les experts prévoient en revanche une expansion constante de la production espagnole qui atteindrait 4 millions de tonnes en 2025, soit plus du double de la production française actuelle. Les pays d’Europe du Nord vont se heurter, selon Rabobank, aux coûts de traitement du lisier croissants et de l’opposition sociétale aux exploitations de grande taille.

    Toutefois, selon ces prévisions, la production va encore augmenter en Allemagne et aux Pays-Bas grâce à des gains de productivité. Et la Pologne est attendue en croissance, lui permettant de retrouver le niveau de production de 2000 qui la placerait devant la France. Sous réserve toutefois que le pays puisse faire face aux enjeux sanitaires, en particulier la peste porcine africaine qui se répand chez les sangliers.

    c'est mal engagé pour nous.

    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par hermine 22 le Mer 30 Déc 2015, 18:25

    compte tenu que la production francaise décline déjà
    en 2025 ,il ne restera plus rien
    sinon ,horizon 10 ans ,ca me parait osé de se projeter aussi loin :réfléchi
    les espagnols vont doubler ,ok ,pas d'attente sociétale la bas ?
    un petit passage sur le sanitaire ,trop petit d'ailleurs
    ce sera le gros souci de tout les gros complexes de production
    ou un minuscule virus ou autres, sorti du fond des bois
    peut a lui seul ,rabattre toutes les cartes
    hermine 22
    hermine 22
    + membre techno +

    département : 22
    Messages : 36715
    Date d'inscription : 23/10/2009
    Age : 69
    Localisation bretagne

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par herve56 le Mer 30 Déc 2015, 18:46

    revue de presse Numyri14
    revue de presse Numyri15

    sur mon ordi c'est dans le bon sens et ici ça ne veut pas ! triste
    si quelqu'un arrive à faire pivoter ... : victoire
    herve56
    herve56
    + membre techno +

    Messages : 4537
    Date d'inscription : 11/09/2009
    Age : 56
    Localisation 56 sud

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par Invité le Ven 08 Jan 2016, 12:48


    http://www.lesechos.fr/journal20160108/lec2_entreprise_et_marches/021603310908-elevage-bruxelles-soupconne-des-ententes-sur-les-prix-en-france-1190629.php

    Ou quand l'europe cherche a dissuader les producteurs de défendre leurs revenus... SUPER!

    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par charlot50 le Ven 08 Jan 2016, 12:52

    C'est une vrai mafia.
    charlot50
    charlot50
    + membre techno +

    département : 50
    Messages : 4479
    Date d'inscription : 02/01/2012
    Age : 31
    Localisation A 2 pas du Mt St Michel.

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par pascal a le Ven 27 Mai 2016, 11:31

    http://www.coordinationrurale.fr/du-point-de-vue-des-eleveurs-porcins-pourquoi-defendre-le-mpb-a-tout-prix.html


    pascal a
    + membre techno +

    Messages : 1516
    Date d'inscription : 12/10/2010
    Age : 50
    Localisation simplé 53

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: revue de presse

    Message par Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum